Être mère au foyer, une question de chance?

J’ai eu une discussion fort intéressante, hier matin, avec une amie maman qui a fait le choix de demeurer à la maison avec et pour ses deux enfants. Elle nommait, entre autres, se sentir fatiguée ces temps-ci, et être un peu « écoeurée » de certains irritants qu’elle vivait avec son conjoint, en lien avec son rôle de maman à la maison. Cette même maman racontait à quel point elle pouvait se sentir parfois comme la pire des mères, car la plupart des gens de son entourage lui disaient: « tu es tellement chanceuse d’être à la maison », insinuant, au passage, qu’elle n’avait pas le droit d’être « à bout » et de se plaindre. Chanceuse, vraiment? Est-ce que vous pensez que la chance a quelque chose à voir là-dedans? Cette maman a fait le choix de demeurer à la maison, auprès de ses enfants. Elle a fait le choix de vivre sa vie, selon ses valeurs, et il se trouve qu’être présente auprès de ses enfants est l’une de ses plus grande valeur. Elle a fait ce choix, acceptant de faire toutes sortes de concessions dans les autres sphères de sa vie, afin de suivre sa voix et son instinct. Alors, chanceuse? Ou simplement courageuse d’avoir osé prendre sa vie en main et d’assumer la pleine responsabilité de ses choix?

Hier soir, j’ai assisté à l’incroyable conférence de Sylvain Boudreau (Le Moi Inc.), dans le cadre de la soirée Inspire-toi. Il a justement abordé ce sujet, la soit disant « chance » que l’on attribue souvent aux autres. Il expliquait à quel point nous devrions cesser de dire: « tu es chanceux, chanceuse », parce que derrière le résultat, on oublie qu’il y a pratiquement toujours énormément d’efforts. Il y a tous ces efforts, par exemple, qu’une maman à la maison accepte de faire au quotidien, pour vivre et assumer pleinement son choix. Il y a tout ce qu’elle met de côté, tel que sa carrière, son autonomie financière, sa vie sociale ou encore la reconnaissance des autres, pour ne nommer que ceux-ci. Parfois même, c’est le sentiment d’accomplissement de soi qui est mis en veille. Cette maman se consacre corps et âme à élever ses enfants et à leur offrir toute la présence du monde, afin qu’ils aient le privilège immense de grandir auprès de leur mère. Un travail fort exigeant, à temps plus que complet, qui est tout simplement exceptionnel. Au nom de quoi peut-on lui refléter qu’elle n’a pas le droit de se plaindre, puisqu’elle est à la maison? Au nom de quoi elle n’aurait pas droit à toute la reconnaissance et la compassion des gens de son entourage, pour ce don incroyable de soi qu’elle a choisi de faire, à chaque jour de sa vie? Toutes les mères sont différentes, et chacune d’entre elles à le droit de faire ses propres choix, en lien avec ses valeurs, sa situation, ses rêves, ses ambitions, etc. La mère qui est à la maison a le droit à tout autant d’admiration que celle qui a fait le choix de travailler à temps plein à l’extérieur et qui l’assume, parce qu’elle se réalise de cette façon, n’est-ce pas? Cette même mère est toute aussi humaine que la deuxième, et elle a elle aussi le droit d’être fatiguée et au bout du rouleau. Le véritable enjeu, selon-moi, est d’agir selon son âme et conscience, de faire des choix selon ses valeurs profondes, à soi. C’est d’être un modèle, un phare pour nos enfants, en leur montrant chaque jour que nous avons choisi d’être la meilleure version de nous-même, et de faire tout ce qui est en notre pouvoir afin d’être conscient et connecté à notre essence profonde. C’est d’être heureux, parce qu’on a choisi de vivre en parfaite harmonie avec son corps, son coeur et son esprit. Alors, nous en revenons à la question de départ. Est-ce vraiment de la chance? Qu’en pensez-vous? Laissez-nous vos impressions dans la section commentaires ici-bas.

Caroline Croteau, collaboratrice à Parents tout inclus

44 Comments on “Être mère au foyer, une question de chance?

  1. Bravo Caroline quel beau texte et tellement vrai pour l’avoir expérimenté et avoir choisi de rester à la maison quelque temps avec les enfants. Bravo

    • Merci beaucoup Catherine d’avoir pris le temps de me laisser un commentaire sur mon texte, je l’apprécie beaucoup! Contente que tu te sois retrouvée un peu dans ce que j’ai écrit! Au plaisir de te revoir! Caroline

      • Ouiiiiii c’est exactement cela. Je suis maman à la maison depuis environ 8 ans, et tellement heureuse de l’être. Oui j’en ai entendu des commentaires la dessus et très souvent des désagréables. Un jour on a deja dit à mon conjoint que s’était de ma faute à moi, puisque je ne travaille pas, que nous roulions pas sur l’or. Haaaaa je ne changerais pas de vie pour rien au monde ‍‍‍

        • Merci Eliane pour ce commentaire :). Les gens ne sont pas toujours conscients de ce qu’ils disent… Bravo de suivre votre voix !
          Caroline Croteau 🙂

  2. Non, ce n est pas de la chance, c est vraiment un choix dechirant, est ce que je fais le bon choix??? Et les gens qui te regarde d un drole d air parceque supposément tu ne travailles pas et bin c est plus qu un travail, c est 7 jrs/7 et 24h/24h et c est pour le bien etre des enfants, j ai fais ce choix il y a 26 ans et je ne regrette pas du tout mon choix car je crois avoir tout donné a mes enfants et ils me le rendent tres bien, alors chanceuse oui dans ce sens mais vraiment un choix de vie au depart!!!

    • Un choix dechirant,les gens te regarde d un drole d air parceque tu ne travaille supposément pas,plus qu un travail, tu te donne corps et âme pour le bien etre de tes enfants, un choix fait il y a 26 ans, aucuns regrets,j ai tout donné a mes enfants et ils me le rendent tres bien,alors chanceuse dans ce sens mais vraiment un choix de vie au depart!

    • Merci pour ce commentaire et pour nous avoir partagé votre expérience. Effectivement, c’est un travail très exigeant, 24h/24, mais quel cadeau vous avez offert à vos enfants! Bravo et Merci à vous! Caroline

  3. Je suis une maman monoparentale de 30 ans, mes enfants ont 4 et 2 1/2 ans. Lorsque j’étais avec le père de mes enfants nous avons pris la décision que je restais à la maison avec eux. Je suis séparée depuis 1 an et demi et ma vie est un beau casse-tête parce que pour moi, être présente pour eux est la chose la plus importante à mes yeux. Je suis travailleuse autonome maintenant et j’essaie de faire cadrer mes contrats selon l’horaire de garde de leur père et avec l’aide de mes parents qui sont très présents auprès de mes enfants. Serait-ce plus simple si mes enfants fréquentaient la garderie? Évidemment! Mais la petite enfance est si vite passée, j’ai envie qu’ils en profitent le plus possible… Et j’ai envie d’en profiter avec eux. La plupart des gens ne comprennent pas mon entêtement, mais ce sont mes valeurs et j’y tiens.
    Je me dis que mes enfants m’en seront sans doute reconnaissante un jour!

    • Quel beau témoignage ! Bravo pour votre “entêtement”, comme vous le dites si bien. C’est admirable de mettre autant d’efforts pour se sentir libre de faire ce que notre coeur nous dicte. Merci pour ce commentaire inspirant! Caroline

  4. Très bon texte! Je ne considère pas cela comme une question de chance, mais plutôt, justement une question de choix! Moi et mon conjoint avons choisis que je reste à la maison, mais nous devons reporter des projets, dont celui de l’achat d’une maison, par exemple. Si une famille veut vraiment qu’un parent reste à la maison, je crois que cela est possible pour tous, il suffit de planifier et préparer cette transition de 2 salaires à un seul. Je ne dis pas que l’exercice et la planification financière sont nécessairement faciles!

    • Bonjour Carolyne,
      Merci pour ce partage! Effectivement, ça prend beaucoup de planification et de préparation, mais je crois aussi que ce choix est accessible à la plupart des familles (il y a certainement des exceptions), à condition que cela soit réellement ce qu’elles désirent! Caroline

  5. tant de veritees et quel courage ca prend chanceux ces petits qui ont une maman a la maison qui se sacrifie pour eux avec amour esperant que les papas se rendent compte de tout ce que ca demande bravo petite MAMAN

    • Merci pour ce commentaire ! Eh oui, en espérant que les papas sont conscients de tout ce que cela implique 🙂
      Caroline Croteau

  6. Merci pour cet article plein de reconnaissance pour le rôle de mère au foyer.
    Je le suis depuis 7 ans. Je ne regrette pas mon choix. C’est tellement enrichissant d’accompagner ses enfants pendant leurs premières années. A tel point que nous leur avons proposé de faire l’instruction en famille : Une belle aventure. Suite logique pour nous 🙂 Les accompagner à leur rythme dans leurs apprentissages.

    Je déteste l’étiquette de mère au foyer, le regard de la société est peu gratifiant. Une fois lors d’un rdv avec un professionnel pour mon cadet, quand il m’a demandé quel était mon métier? J’ai répondu avec mon plus grand sourire : Ingénieur en bien être familial. Vous auriez vu sa tête quand je lui expliquais en quoi ça consistait 🙂 iiiii

    • Ingénieur en bien-être familial !! Wow, j’adore !! Bravo de suivre votre coeur. Je suis certaine que l’instruction en famille sera une expérience des plus enrichissantes ! C’est vrai que le regard de la société est peu gratifiant en ce qui concerne les mamans à la maison. Tant mieux si cet article a pu faire du bien à quelques-unes de ces mamans. Vous avez toute mon admiration ! Merci pour ce commentaire 🙂
      Caroline Croteau

  7. Je me considère chanceuse, oui. Pas juste d’être maman au foyer, mais que cette évidence dés les premiers mois de grossesse n’aie pas été remise en question par des impératifs financiers. De plus et c’est le plus important, mon mari a rapidement compris cette évidence et nos valeurs vont tout à fait dans ce sens. Mon entourage ne comprend pas, je suis ingénieure, je devrais capitaliser sur mes études et sur mes compétences, et les “quand est-ce que tu comptes reprendre le boulot ?” s’enchaînent. A les entendre, je ne peux vouloir de cette vie, pourquoi les gens croient si souvent nous connaitre mieux que nous-même ? “Les gens” qui se doivent d’avoir un avis, qu’ils se le gardent… En repassant à travers l’article, je vois que c’est souvent ça le soucis : les bien-pensants. Bien des hommes, des femmes vivraient mieux leur situation familiale s’il n’y avait pas toujours quelqu’un pour insinuer qu’on devrait se sentir mieux/moins bien dans une situation donnée. “Il faut”, “c’est comme ça”, “de mon temps”, “à ta place”…ces petites expressions qui pourraient presque faire devenir misanthrope. Je diverge un peu, fatiguée de cette journée de maman (si si), j’espère que le fond de ma pensée sur le sujet aura un peu émergé de tout ceci. Merci pour cet article !

    • Merci pour ce commentaire très pertinent ! C’est merveilleux que ce choix ait été une évidence tant pour vous que pour votre conjoint ! Dommage que les gens de votre entourage se permettent de passer des commentaires sur vos choix de vie, alors que ça ne les concerne pas du tout. Vous avez raison, personne ne vous connait mieux que vous même ! Bravo d’assumer vos choix et merci de nous avoir partagé votre réflexion sur le sujet!
      Caroline Croteau 🙂

  8. Effectivement, être mère au foyer est un choix. C est pas la “chance” mais un “privilège” de pouvoir le faire. Je connais beaucoup de maman qui aimerait rester à la maison, mais elle n ont pas la “chance” ou le “privilege” de même faire le choix. Les mamans au foyer, que je connais, sont souvent bien financièrement. Moi, je n ai pas eu cette “chance”..”privilege”. Une maman qui doit travailler et placer ses enfants à la garderie, je les trouve extrêmement courageuse. Elle aussi travaillé 7/24 ,plus la pression de la vie au travail. Pour moi, une maman au foyer demeure “chanceuse” de pouvoir le faire.

    • Merci pour ce commentaire ! J’aime bien le mot privilège. Vous avez raison, ce n’est pas un choix qui est facilement accessible à toutes les mamans. Moi la première, je n’ai pas les moyens financiers actuellement. Cependant, je suis consciente que nous aurions pu faire des choix de vie différents (p.ex., vendre la maison et vivre en appartement, conserver une seule voiture, avoir un grand jardin pour se nourrir, s’habiller dans les friperies, etc.). Encore là, ce n’est pas évident. Par contre, je crois que c’est important de prendre conscience comme société que les mamans qui ont fait ce choix ont droit à toute notre admiration et notre reconnaissance, tout comme les mamans qui ont fait d’autre choix. Qu’en pensez-vous ?
      Caroline Croteau 🙂

  9. C’est un choix que j’assume et revendique et dans laquelle je suis ample épanouie.
    Je plains plutôt ces femmes qui ont double peine : travail et maison.

    • Contente de lire que votre choix de vie vous permet de vous épanouir ! C’est vrai que c’est quelque chose aussi de concilier le travail et la famille. Bravo et merci pour le commentaire !
      Caroline Croteau 🙂

  10. Une mère courageuse ce n’est pas celle qui se lève tout les matins pour aller bosser et qui n’a pas le temps de profiter de ses enfants comme elle le souhaiterait parce que financièrement elle n’a pas le choix ?
    Qui malgré la fatigue prend le temps de leur faire de bons petits plats et de passer le peu de temps qui lui reste auprès d’eux ?
    Je ne dis pas que choisir d’ être mère au foyer est facile mais de là à se plaindre….

    • Merci de nous avoir partagé votre point de vue! Vous avez raison, cela est admirable également de travailler à temps plein à l’extérieur et de revenir à la maison le soir et de voir à répondre à tous les besoins des enfants. Le choix de demeurer à la maison pour s’occuper des enfants n’est certes pas facilement accessible à toutes. Mon point est davantage de souligner le fait que c’est tout un travail aussi d’être à la maison, et que les mamans qui le font ont droit à tout autant d’admiration et de reconnaissance que les mamans qui font le choix de travailler à l’extérieur. Pourquoi se juger entre nous ? Nous souhaitons TOUTES le meilleur pour nos enfants et notre famille, peu importe le chemin que nous prenons pour l’atteindre. Qu’en dites-vous?
      Caroline Croteau 🙂

  11. Je suis maman de 3 enfants, bientôt 4…. Je suis universitaire, travaille pour le moment 4/5ème dans une institution financière. Et je n’ai pas encore eu le “courage” de faire le choix de me consacrer pleinement à mes enfants. Je suis par contre pleinement convaincue que c’est un cadeau qu’on leur fait, mais en renonçant partiellement à ses aspirations personnelles et en prenant le choix d’une vie différente. Choix difficile à faire, qui c’est sûr, à une incidence sur toute la vie familiale ! A coté de ça il y a aussi les obligations de la vie, et être mère au foyer à l’heure actuelle, n’est pas non plus “accessible” à toutes les mamans… ou alors en faisant des concessions sur le train de vie de la famille. Bref, chacune ses choix en fonction de ses priorités… Personnellement mes enfants sont très importants pour moi, mais ma priorité c’est le bien être de la famille (et donc égoïstement, le mien aussi), et je pense que j’aurais très difficile de devoir tirer un trait sur ma vie professionnelle et sur mes ambitions 🙂 Très beau texte en tous cas, qui fait réfléchir sur les aprioris des gens… Et perso, après un long week-end de 3 jours je suis parfois contente de retourner travailler (c’est une fatigue différente… à la maison, le droit au calme est un luxe 😉

    • Merci pour votre commentaire ! C’est vrai que ce n’est pas facilement accessible à toutes les mamans, je suis d’accord. Avoir le bien-être de votre famille comme priorité est tout à votre honneur, et il y a plusieurs façons différentes à mon avis d’atteindre cela, sans être nécessairement maman à la maison! Vous avez une vie professionnelle et des ambitions, tant mieux!! Vous demeurez la personne la plus importante de votre vie alors si ce choix vous convient et que cela vous rend heureuse, c’est parfait comme ça! Une mère heureuse, c’est tout un modèle pour des enfants !! Bravo !
      Caroline Croteau 🙂

  12. Ce serait mon rêve de pouvoir le faire avec ma fille de 4 ans et mon garçon de 2 ans, par contre j’ai eu un avant goût de se que ça donnerait quand j’étais en congé de maternité, j’ai senti comme une inégalité dans mon couple, mon conjoint rentrait du travail et me disait : pourquoi le ménage n’est pas fait ? Et je ne pouvais pas acheter des petites surprises ici et là pour mes enfants car j’avais l’impression de dépenser l’argent durement gagnée par mon conjoint… Aussi mon conjoint me disait souvent : j’en fait déjà beaucoup, je travaille moi ! Alors j’ai mit mon plus grand rêve de côté pour une seule raison, avoir l’égalité dans mon couple et avoir le loisir de faire et d’acheter ce que je veux à mes enfants. C’est plate mais c’est comme ça aujourd’hui… Très difficile d’être maman à la maison, bravo à celle qui vivent avec toutes les critiques et les jugements, moi je n’avais pas le courage…

    • Merci pour ce commentaire! Je comprends tout-à-fait votre position. Quand on fait ce choix, c’est important que notre conjoint soit en accord et aussi tout-à-fait conscient de ce que ça implique… et que ce n’est pas parce qu’on est à la maison qu’on a plus le temps de faire du ménage !!!
      Caroline Croteau 🙂

  13. Il est très sympa ce petit article et c’est vrai, j’ai souvent entendu: “tu as de la chance de pouvoir te le permettre”… mais pour nous c’est juste une question de choix, le choix de renoncer à un salaire, de n’avoir qu’une voiture, de ne pas partir en vacances, de ne pas manger au restaurant, etc… ces choix nous conviennent, nous ne sommes pas malheureux, au contraire, car il est important pour nous de pouvoir réaliser notre souhait: que je sois à la maison pour nos enfants, il n’y resteront pas si longtemps…
    Les autres réflexions entendues “je ne pourrais pas vivre isolée, enfermée, j’ai besoin de faire des choses pour moi…” Je ne vis ni isolée, ni enfermée et si m’occuper de mes enfants est quelque chose dont j’ai toujours rêvé, est-ce si difficile à accepter?
    Je ne formalise jamais car je vis la vie que j’ai choisi de vivre et j’en suis très heureuse, l’opinion des autres m’importe peu: chaque famille a son histoire à vivre et il n’y a pas de comparaison à faire.
    Il est vrai qu’avec la fatigue on peut parfois se sentir méprisée car c’est un travail de l’ombre, mais il faut savoir s’accorder une pause et puis ça passe, et d’ailleurs les journées de travail à l’extérieur ne sont, elles non plus, pas toutes épanouissantes.

    • Merci beaucoup Fleur! Vous illustrez bien ce que je voulais exprimer dans mon texte. Bravo de vivre la vie que vous souhaitez vivre et vous avez raison, chaque famille a son histoire à vivre et il n’y a pas de comparaison à faire. Oui, c’est un travail dans l’ombre être maman à la maison. C’est une des raisons pour laquelle je souhaitais mettre un peu de lumière là-dedans 🙂
      Merci pour votre commentaire,
      Caroline Croteau

  14. Je suis maman à la maison de 5 beaux garçons. Les 2 plus vieux sont à l’école mais depuis la grossesse de mon 3e enfant, je suis à la maison avec eux (maintenant 6 ans). J’ai souvent dit que j’avais la chance d’être à la maison. Ce que je veux dire par là c’ est que j’ai eu la chance d’avoir mon mari qui a pu subvenir aux besoins de la famille avec son salaire. Bien des femmes voudrait faire ce choix d’être à la maison mais n’ont pas la ”chance” d’envisager cette possibilité pour quelconque raison. Puis oui c’ est un choix qui implique beaucoup de sacrifices et de compromis mais je crois qu’en faisant ce choix, c’ est en partie assumer ce qui vient avec. Puis quel bonheur de voir grandir nos enfants…!

    • Bonjour Mariève,
      C’est vrai que financièrement, ce n’est pas un choix facilement accessible à toutes les mamans. Heureuse pour vous que vous puissiez vivre cette merveilleuse expérience! Merci pour votre commentaire 🙂
      Caroline Croteau

  15. Votre texte touche une réalité dont on parle peut. J’ai été mère à la maison pendant 10 ans et j’ai trouvé ça très difficile cet aspect de devoir “assurer” parce que j’avais fait le choix d’être à la maison. Et je trouvais ça tellement agaçant de me faire dire que j’étais chanceuse de pouvoir faire ça! Alors que souvent, nous avions une situation financière moins fleurissante que celle de la personne qui me disait ça. Merci pour votre texte, ça fait du bien de le lire.

    • Merci Janie pour votre commentaire. Je suis bien heureuse que ce texte ait pu vous faire un peu de bien. Bravo pour vos 10 ans de dévouement à votre famille, même si la reconnaissance des autres ne semble pas avoir été toujours au rendez-vous. L’important est que dans votre coeur, vous sachiez tout ce que vous avez donné, et les raisons pour lesquelles vous l’avez fait. Merci !
      Caroline Croteau 🙂

  16. Personnellement je me considère comme très chanceuse d’avoir pu faire le choix de rester à la maison pour mes 3eme et 4eme enfant à venir. Ca n’a pas été le cas pour mes 2 ainés (pour des raisons financières) et j’ai vraiment mal vécu le fait de retourner travailler car je voulais vraiment m’occuper d’eux à temps complet. Et ça ne m’empêche pas de râler certain soir car je suis fourbue et d’en avoir marre des enfants qui m’ont fait tourner en bourrique et mon mari est bien conscient que c’est un travail difficile et exigeant mais je suis tellement heureuse de les accompagner chaque jour et de vivre à leur rythme.

    • Merci Mariehe pour ce commentaire. Je vous comprends, notre situation financière ne me permet pas non plus de demeurer à la maison actuellement, et j’ai trouvé ça très difficile de devoir retourner au travail. Mais nous avons fait des choix de vie (avant) qui font en sorte que nous avons des paiements à faire (hypothèque, voitures, etc.) et qu’un seul salaire ne nous suffit pas. Cependant, je me dis aussi que nous pourrions faire le choix de vendre la maison, de vendre une voiture, de simplifier notre mode de vie, etc. Bien entendu, le conjoint doit aussi être en accord! Heureuse pour vous que vous puissiez enfin accompagner vos enfants à temps plein 🙂
      Caroline Croteau

  17. Très bon texte, moi -même maman de 4 enfants et dès le premier ce fut plus fort que moi il fallait leur donner le meilleur de moi-même! Il y a bien des jours ou on se sent seul dans tout ça mais l’important c’est d’être à l’aise avec notre choix. Aujourd’hui mon ado trouve que je devrais travailler pour en avoir plus….il me confronte souvent à ce sujet mais je sais intérieurement que c’est moi qui doit vivre avec mon âme et conscience dans ce choix. Ça va bientôt faire 16 ans que je vis avec mes enfants et mon conjoint et je les aimes plus que tout! Ma nièce me disait justement ce week end dans quoi je travaillais et je lui ai dit que j’étais retraité j’ai pu voir dans ces yeux un gros ? C’est vraiment valorisant pour moi d’être maman , bénévole, amoureuse et amie! C’est bien de s’arrêter et de faire des choix qui nous ressemble vraiment sans penser à ce que les autres peuvent penser.

    • Merci Geneviève pour ce beau témoignage et bravo d’agir selon votre âme et conscience. Dans un commentaire plus bas, une maman disait répondre, aux gens qui lui demandaient ce qu’elle faisait, qu’elle était “ingénieur en bien-être familial”! Ça décrit bien votre réalité 🙂
      Caroline Croteau

  18. Vraiment beau texte! Je pense que les gens qui jugent le plus les mères au foyer sont les personnes qui ne font pas ce choix. C’est accessible à tous, mais bien entendu, il y a un train de vie à respecter. Peut-être que la famille ira moins souvent en voyage en avion dans les grandes destinations, peut-être qu’elle fera moins de petites escapades, peut-être pas de ski alpin ou d’autres sports très onéreux. Mais pour être heureux, une famille épanouie est ce qu’il y a de mieux pour le devenir. J’ai en admiration les mères au foyer, car c’est beaucoup de travail. Les gens ne réalise pas qu’au lieu d’envoyer l’enfant à la garderie et se faire “élever” par les éducatrices, c’est la maman qui le fait et pour son enfant. De plus, les tâches ménagères sont faites et le papa a moins de soucis et peut, au retour du travail, s’occuper davantage de ses enfants. Je pense qu’une famille ayant une mère au foyer est une famille beaucoup plus unie. Peut-être que ma vision est différente des gens parce que moi j’ai eu la chance d’avoir une maman à la maison qui a tout abandonné pour ses 3 enfants. J’ai aussi un conjoint qui a eu une mère au foyer. Ainsi, pour notre couple, nous me voyons pas de problème à ce que je devienne mère au foyer lorsque le temps viendra, ou bien à ce que mon conjoint devienne père au foyer. Il ne faut pas oublier que des parents il y en a deux et que le père peut être à la maison.
    Les femmes sont maintenant épanouies sur le marché du travail, elles ne veulent pas nécessairement abandonner cette carrière enrichissante. Par contre, je crois que le fait qu’il y a moins de femme au foyer qu’avant, c’est le fait qu’on a une société qui se sépare et divorce de plus en plus. Donc les femmes ont peur et se sentent sans doute vulnérable si elles prennent le choix d’être mère au foyer…
    Il ne faut pas oublier que c’est le bien-être des enfants qui prime sur tout.

    Bonne chance à tous 🙂

    • Bonjour Stéphanie,
      Merci pour votre commentaire et pour la réflexion que vous partagez avec nous! Je trouve ça super que vous soyez sur la même longueur d’ondes votre conjoint et vous, et que vous sachiez d’avance que c’est un choix que vous aimeriez faire le temps venu. Et vous avez tout-à-fait raison, ça peut être le père aussi qui fait le choix de rester avec les enfants à la maison. J’en connais qui l’ont fait et ils semblent avoir adoré l’expérience!
      Caroline Croteau

  19. Haaaaaa c’est tellement ma réalité . Nous avons fait le choix mon conjoint et moi que je reste à la maison pour que je puisse être plus disponible pour les rendez vous de nos cocos. Car nous sommes famille d’accueil de deux enfants qui ont certains besoins . Notre coco est autiste avec multiples problèmes de santé. Donc aller sur le marché du travail était compliqué. Il est vrai aussi que je n’avais pas des employeurs compréhensifs. Je ne regrette pas mon choix bien au contraire . Mais j’avoue que parfois la vie sociale et mon indépendance financière me manque . Avoir à le refaire … Je le referais sans hésiter .

    • Merci Mélanie pour ce commentaire. Wow, tout un défi que vous relevez là, en étant en plus famille d’accueil! Je vous lève mon chapeau !!
      Caroline Croteau 🙂

  20. Hélas… la tâche de mère au foyer n’est pas la plus valorisée dans la société actuelle…

    • Effectivement! C’est la raison pour laquelle il faut sensibiliser les gens à cette réalité, afin que ce “travail” soit reconnu, à la hauteur de ce qu’il devrait être! Merci pour votre commentaire 🙂
      Caroline Croteau

  21. Très bel article ! Après m’être moi-même consacrée il y a plusieurs années à mes quatre petits, je n’ai jamais repris qu’à mi-temps et n’ai aucun regret par rapport à la perte de revenus, au temps consacré car les bénéfices sont bien supérieurs…

    Bien des années plus tard, mes enfants ont grandi, et c’est bien involontairement que je me suis retrouvée à temps plein à la maison. Pourtant, eux, visiblement appréciaient encore beaucoup pour la présence, les coups de main possibles, etc…
    Peut-être parce qu’ils sont plus autonomes, cela a été vraiment plus difficile à vivre et je le sens bien ce manque de reconnaissance, cet isolement social… malgré une famille en or !

    Y a rien à faire, le lien social est vital ! Et j’espère que je vais enfin pouvoir en retrouver un peu tout en continuant à rester disponible pour mes grands enfants et mon mari. Pas toujours évident l’équilibre…
    Françoise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *